Students Without Borders is a WUSC and CECI program that enables Canadian university and college students to participate in exciting, volunteer learning opportunities in South America, Africa, and Asia.

Guatemala, je t’aime deja !

October 17, 2013

Aurore Menard

15 octobre 2013

San Juan La Laguna, Guatemala

 

C’est dans le petit village de San Juan La Laguna, à environ 1600 mètres d’altitude, au bord d’un des plus grands lacs du Guatemala (surement le plus touristique), le Lago Atitlan, qu’une histoire d’amour commence…

Déjà que la capitale, je l’aimais bien, ce n’est rien comparé à ce petit village de 3000 habitants où chaque passant te dit Buenas/Adios et où l’atmosphère est mystérieuse et étrangement joyeuse !

Entouré de montagnes et de volcans, d’une eau turquoise opaque, de fruitiers et de guatémaltèques souriants portant des vêtements qui ne passent pas inaperçus aux yeux d’une canadienne (les couleurs sont encore plus marquantes que celles de l’arc-en-ciel au milieu dun ciel bleu clair !). San Juan sait accueillir de jeunes perdus comme moi ! Si on me demande pourquoi j’ai choisi le Guatemala, je n’en ai aucune idée. J’étais en voyage sur le continent africain au moment où il fallait postuler… ça en dit beaucoup sur l’état d’esprit dans lequel j’étais ! En arrivant dans la maison, où j’habite pour le restant de mon stage, j’ai compris que c’était pour être ici et connaitre ces gens merveilleux que j’avais choisi le Guatemala, créer ces relations qui en une seconde viennent de prendre une place grandiose dans mon petit cœur prêt à tout découvrir. Je vis dans une petit chambre, dans une petite maison au milieu de pleins d’autres, où la pluie a pour conséquence de rendre le plancher glissant 24h/24, où la table de la cuisine est fait pour 4 personnes mais on y mange à 7, où l’accès à internet est inexistant, mais les relations humaines sont chaleureuses, où chaque petites fentes dans le plancher laisse libre-court à des fourmis de rentrer et sortir, où le bruit de la pluie sur la tôle, des criquets et les touctouc qui klaxonnent (mototaxi) font partis de ta berceuse pour t’endormir, où chaque instant passé entre ces « murs» me fait simplement réfléchir d’avantage sur le confort inessentiel que j’ai de retour au Canada ! Ehh que je t’aime Guatemala!

Le transport en commun, je commence à y être habitué maintenant ¡ Nous sommes généralement trois adultes par bancs, ainsi que deux personnes qui se tiennent debout dans l’allée. Dès qu’un homme entre dans l’autobus, il pose directement le regard sur la peau blanche assise dans son coin près de la fenêtre. Si la place à côté est libre, les statistiques de mon périple indiquent que 99% du temps, il va venir s’assoir à mes côtés, même s’il y a des bancs de libre ailleurs ! Ensuite, selon mes propres statistiques encore, dès hommes qui viennent s’assoir volontairement à mes cotés, 100% d’entre eux vont tenter de s’approcher, mettre leur main proche de ma cuisse (ou sur ma cuisse) et même parfois tenter de flatter ma main (qui est la seule partie de mon corps autre que mon visage à découvert!). Mon regard et ma gestuel (me déplacer rapidement) veulent tout dire et en général, ils s’arrêtent la. D’autres insistent un peu, mais pas très longtemps, car sinon je change de banc ! Par contre, si c’est un enfant qui entre dans l’autobus et que la place est libre à mes côtés, il va également venir s’asseoir, mais en laissant un bon 30cm entre nous deux et ne fera que me fixer du regard. La curiosité fini souvent par l’emporter et ils vont me demander mon nom, d’où je viens et où je vais. C’est tellement mignon! J’ai envie de tous les prendre dans mes bras et de leur faire un gros bisou sur leurs joues basanées !

Mon mandat consiste à faire principalement de la promotion. Je travaille pour un organisme qui se nomme Ati’t’Ala. Nous travaillons avec les différentes associations de peintres, de textiles, de guides touristiques et de plantes médicinales du village. Il y a également un projet de vente d’aliments biologiques. C’est super intéressant en raison des divers domaines que nous touchons! Je devais être en charge du site internet de l’organisation, expliquer le fonctionnement aux différentes associations et l’améliorer. Toutefois, cette page n’est toujours pas créée (elle devait l’être deux semaines avant mon arrivée!). C’est pour le meilleur à mon avis, car la plupart des présidents et administrateurs des associations ne savent finalement même pas comment ouvrir l’ordinateur! Tous les jours je fais des formations sur l’utilisation des réseaux sociaux, je fais des documents de promotions et des catalogues pour la vente. Je participe également à l’organisation du festival qui aura lieu le 16 et 17 novembre. Je voyage à travers le pays pour parler de l’évènement et déposer les pamphlets et les affiches.

Je suis passionnée par ce que je fais ici, par la culture et la gentillesse des gens est incomparable. Tous mes coéquipiers de travail sont compétents, travaillants et aimable. Je vis dans une famille et la nourriture est tellement bonne que j’ai surement pris quelques livres! Quoi demander de mieux!