Students Without Borders is a WUSC and CECI program that enables Canadian university and college students to participate in exciting, volunteer learning opportunities in South America, Africa, and Asia.

La Pikinité

October 21, 2013

Arrivée au tiers de mon périple, mon expérience en terre de Teranga se passe très bien. Autant sur le plan du travail, les gens sont généreux de leur temps et on avance bien, mais aussi au plan interpersonnel. Une collègue m’a offert de venir chez elle puisque je devais faire deux heures pour l’aller-retour entre mon quartier de Dakar et Pikine, et depuis je vis la Pikinité. Je suis au cœur de l’action, constamment invitée à gauche et à droite pour un match de foot, une soirée dansante, un repas en famille, une fête de quartier, etc.

Minorité visible, j’ai croisée une autre «blanche» dans la ville. Renommée Diarra en l’honneur de mon amie hôte, tous les voisins me connaissent dorénavant et me saluent. Et même si je ne sors pas une journée, les gens entrent et sortent en nombre. Car c’est ça la Teranga : la porte n’est jamais fermée, jusque tard le soir. Cousins, oncles, amis passent dire bonjour. Et question de bien les accueillir, on leur offre à boire. Mais alors systématiquement. Ils entrent et deux minutes plus tard ils ont un thé ou une boisson gazeuse dans la main. Si c’est l’heure de manger, alors il faut passer à table. Cet esprit de partage me coûte actuellement une légère prise de poids. «Mange» disent les gens, et il faut vraiment manger, sinon ils croient que tu n’aimes pas. Donc, je goûte à tout et sincèrement, tout est bon.

La semaine dernière, c’était la Tabaski, fête musulmane. Notre famille a donc sacrifié un mouton donnant des quantités monstres de viande. On en a surgelé, donné à plusieurs personnes et il en restait encore pour faire tout un festin. Après une journée en cuisine, on se douche, on s’habille bien et on sort souhaiter bonne Tabaski à tout le quartier. J’ai vraiment de la chance d’être en famille pour vivre ce genre d’expérience.

photo (1)